L'équipement d'un Chevalier en Terre Sainte à la fin du XIIIième siècle:
Voici les différents éléments qui constituent l'équipement militaire d'un chevalier à la fin XIII ième :

Le premier élément est le gambison.
Bien qu'on ai retrouvé peu de gambison lors des fouilles, on sait qu'il sert à absorber la puissance des coups. Porté sur ou sous la maille, il ajoute la protection aux attaques contendentes que la maille seule ne peut pas offrir.
Un gambison est une cotte épaisse ou rembourée. Le plus souvent de couleur écru (mais on retrouve des enluminures en présentant des colorés.) C'est un gambison bleu qui est présenté ici, car le statut de notre chevalier est important en Terre Sainte, et les couleurs sont un signe distinctif du rang social.

Le chevalier porte ici un haubert sur son gambison, c'est la protection traditionelle de tout chevalier à cette époque
Le haubert peut comporter un camail attaché. Ou bien celui-ci peut être séparé.
Par dessous le camail, on porte un câle gambisonné et un clavain (sorte de minerve peut-être gamboisée, qui protége le cou et parfois les épaules. Aucune fouille n'a donné trace de cette pièce défensive, décrite dans les textes et visible sur quelques enluminures)

Le chevalier n'oubliera pas non plus de se munir de ses chausses gambisonnées surmontée de ses chausses de maille .
Il terminera pas une cotte d'armes , passée sur son haubert, pour protéger celui-ci du soleil.

Une fois tous ces élements enfilés, il ne lui reste plus qu'a se coiffer de son heaume , et passer ses gants (qui sont encore fréquement attenant au haubert. Une fente permet de les passer ou de les retirer)
Son écuyer pourra alors lui attacher ses ailettes et le munir de son écu ; il sera ainsi fin prêt pour la bataille.
S'il doit enfourcher son cheval, comme c'est très souvent le cas, il se munira également de ses éperons. Cet article sera prochainement illustré

retour aux articles