Saint Louis:

Le XIII siècle ... Dans le cadre d'une Europe fractionnée en petites seigneuries, régie par les lois féodales, un Homme devenu roi nous intéressera ce soir:

Louis IX dit Saint Louis, Roi de France de 1226 à 1270.
A la tête de son armée, il repoussa l'envahisseur anglais en 1229. Il n'a que 15 ans. Puis recommence en 1242. Il organise la 7e croisade en 1248, signe la paix avec Henri III Plantagenêt en 1259, mettant de ce fait fin à la guerre de 100 ans. Il meurt devant Carthage en 1270 après avoir pris la tête de la 8e croisade. Saint-Louis restera, pour le peuple, le meilleur roi du jeune royaume français.

Pourquoi ce jeune roi du-t-il repousser des anglois?

Il faut remonter près de 2 siècles en arrière pour le comprendre. A cette époque, en 1066, Guillaume le Conquérant duc de Normandie, part à la conquête de l'Angleterre. Le duc de Normandie était alors vassal du roi de France et le demeura après être devenu roi d'Angleterre. Les vitraux de la cathédrale de Bayeux en Normandie racontent l'histoire de cette conquête et de la bataille d'Hastings.

Lors des successions royales en Angleterre, les pensées changèrent.
Au départ c'était la Normandie qui avait des possessions en Angleterre.
Rapidement, l'Angleterre considéra avoir des possessions en France.
Le mariage d'Henri II avec Aliénor d'Aquitaine, ex reine de France, avait d'ailleurs agrandi les possessions anglaises en France.

Aliénor d'Aquitaine était une femme exceptionnelle. Elle fut d'abord reine de France, puis , après un divorce, reine d'Angleterre. Elle participa à deux croisades, une avec le roi de France, l'autre avec son fils anglais Richard Coeur de Lion. Elle est représentée tenant un livre ouvert entre les mains, pour montrer sa grande érudition.
La reine Aliénor était en effet très cultivée. Elle tenait une cour importante où se réunissaient les artistes et les poètes.

Jean sans Terre , son fils et Henri III Plantegenet, son petit-fils ; combattirent d'ailleurs pour leurs possessions en France, mais Saint Louis, par le traité de Meaux , signés le 12 avril 1229 assura sa Royale emprise sur le Languedoc.

En 1242, Henri III débarque en France, dans le bas Poitou, avec beaucoup d’argent mais peu d’hommes. Il rencontra Saint Louis près du pont de Taillebourg, sur la Charente. Les Français étaient sensiblement plus nombreux, mais les Anglais étaient maîtres du pont, et leurs adversaires ne pouvaient pas franchir la rivière, trop encaissée et trop rapide. Cependant, Saint Louis décida de faire charger ses hommes, qui enfoncèrent les lignes anglaises. Le roi dut alors se replier, vaincu.

Les Anglais réussirent à se réfugier à Saintes, mais les Français les y poursuivirent. Une nouvelle bataille eut alors lieu, et, vaincu une fois de plus, Henri III dut se retirer. Il se dirigea vers Bordeaux, en juillet 1242, abandonnant une grande partie de ses chevaux et de ses équipages. Il retourna ensuite en Angleterre, Saint Louis fut, heureusement pour Henri III, un roi magnanime. Car il lui restitua le Limousin, le Périgord, l’Agenais, la Saintonge et une partie du Quercy (c’est-à-dire les conquêtes faites par Louis VIII). Henri III, en contre-partie, fit une renonciation officielle de toutes les provinces confisquées à Jean sans Terre (c’est-à-dire les conquêtes faites par Philippe II Auguste.). Les deux rois signèrent le traité de Paris (1259), faisant ainsi la paix, et mettant ainsi fin à la première «guerre de Cent Ans» entre les deux pays.

Mais Saint Louis ne s’en tiens pas là, il participe à la septième croisade qu'il organise et dirige. Il embarque pour l'Egypte en août 1248.

Lors de cette croisade, un sergent félon fait alors courir le bruit que le roi s'est rendu. La plupart des soldats se rendent et sont faits prisonniers. Louis IX est également fait prisonnier.

Pendant sa captivité, le roi charge son épouse, Marguerite de Provence, de la conduite de la croisade. Un mois plus tard, en mai 1250, le roi et l'ensemble des prisonniers sont libérés contre une forte rançon payée par l'Ordre du Temple.
Les croisés rembarquent à Tyr le 24 avril 1254 pour le royaume de France.

Il repart pourtant le 2 juillet 1270 pour lancer la 8e croisade.
Le 17 juillet, Carthage, près de Tunis, se rend. Louis IX décide alors d'attendre les renforts de son frère Charles d'Anjou, mais la maladie ravage son armée et il meurt le 25 août 1270, alors que son frère arrive à Carthage.

Philippe III de France, dit Philippe le Hardi, lui succède de 1270 à 1285 tandis que son fils, Philippe IV de France, dit Philippe le Bel, règne lui de 1285 à 1314, ce qui nous conduit a quitter la période qui nous intéresse ...


Il n'avait que 12 ans quand il est sacré roi le 29 novembre 1226 à Reims par l'évêque de Soissons, Jacques de Bazoches.
A cette époque, le royaume de France avait une bonne administration. Le roi était respecté de ses vassaux, craint en Angleterre et considéré par le Pape.

Le XIIIe siècle reste dans l'histoire comme "le siècle doré de saint Louis". La France, centre des arts et de la vie intellectuelle grâce, entre autres, à La Sorbonne, y atteint son apogée aussi bien économiquement que politiquement. Louis IX commande la plus grande armée et dirige le plus grand royaume d'Europe. Sa réputation de sainteté et de justice est déjà bien établie de son vivant et on le choisit régulièrement comme arbitre pour régler les querelles entre grands d'Europe. Le roi est considéré comme le primus inter pares (le premier parmi ses pairs).

Louis IX passait pour être très pieux. Il avait la réputation de guérir les écrouelles et d'être charitable envers les pauvres, ce qui lui valut d'être connu dans l'Histoire comme Saint-Louis. - Il est représenté avec l'auréole de la sainteté et une simple couronne d'or. A partir du XIIIème siècle, la couronne de France porte huit fleurs de lys, symbole de pureté.
On peut citer par exemple cet extrait de La grande ordonnance de 1254 : tirée des Chroniques de Joinville.
L'originale comportant 38 article, et ayant été rédigée 4 fois au cours du mois de décembre 1254
Nous voulons et établissons que tous nos prévôts et nos baillis s’abstiennent de jurer avec des paroles qui tournent au mépris de Dieu, de Notre-Dame et de tous les saints, et qu’ils évitent le jeu de dés et ne fréquentent pas les tavernes. Nous voulons que la fabrication des dés soit interdite dans tout notre royaume, et que les prostituées soient expulsées des maisons ; et quiconque louera une maison à une prostituée devra verser au prévôt ou au bailli le loyer de la maison pour un an.
Le texte de l'ordonance entière
L'image qu'on garde de Saint-Louis est aussi celle d'un grand roi justicier et législateur. Ses ordonnances interdisaient la prostitution, les combats privés entre les nobles, et le jeu, ce qui lui valut une réputation d'intégrité.
Mais l'intolérance religieuse de Saint-Louis le conduisit à encourager l'Inquisition. A partir de 1231, celle-ci alluma partout en France ses bûchers. Le chroniqueur Joinville a laissé une description de Saint-Louis dont l'image flatteuse est restée dans l'Histoire:
« Il advint maintes fois qu’en été, il allait s’asseoir au bois de Vincennes après sa messe, s’adossait à un chêne et nous faisait asseoir autour de lui. Et tous ceux qui avaient un problème venaient lui parler sans en être empêchés par un huissier ou quelqu’un d’autre. »
Il en est resté un roi à face d'ange, assis sous un chêne et rendant justice d'un air digne et courageux. Joinville fut son principal biographe (Vie de saint Louis) et l'un des principaux témoins lors de son procès de canonisation.


Par Villain ßenoît



retour aux articles